Une série de portraits exposés à Bourbon Lancy, l’été des portraits.

2016 année paire, les photographes savent que c’est l’année de l’été des portraits, 7ème biennale géante européenne du Portrait Photographique …

Je vous informe que, cette année, les photographies de Bernard DOLLET ont été sélectionnées pour leurs qualités artistiques et techniques, et seront exposées à Bourbon Lancy dans toute la ville lors de la 7 ème festival européen du portrait photographique ” L’été des portraits ” 

Plus de 300 participants pour plus de 1000 portraits exposés dans les rues de la ville, si pendant vos vacances vous passez par la Bourgogne, je vous invite à faire une halte dans cette ville et visiter cette exposition magnifique.
Voici le lien de cette manifestation: www.letedesportraits.com/

Ci dessous les 3 images que j’ expose cette année, et mon autoportrait.

Bourbon Lancy, l’été des portraits

Bourbon Lancy, l'été des portraits

Bourbon Lancy, l'été des portraits

Bourbon Lancy, l'été des portraits

Mon autoportrait ci dessous,

Bourbon Lancy, l'été des portraits

Certificat de participation été des portraits 2016

Certificat Participation été des portraits 2016

Bourbon Lancy, l’été des portraits, Bernard DOLLET expose

«  Pour moi, le portrait, c’est ce qu’il y a de plus parlant dans la photo. Mais c’est aussi ce qui correspond le plus à ma façon d’être, car pour réussir un bon portrait, il faut qu’il y ait une notion de partage, de relationnel entre le photographe et le modèle. » Le portrait, Bernard Dollet ne le prend pas à la légère. « Je ne suis pas du genre à me dire que les clients ont payé pour vingt minutes. Je me laisse le temps de trouver l’émotion. » Il insiste sur le côté humain qui se dégage lors de la prise de vue, et sa moustache frise lorsqu’il évoque la démocratisation de la photo, notamment avec les nouvelles technologies. « Faire une photographie, ce n’est pas seulement un doigt qui appuie sur un bouton, c’est rechercher une émotion, trouver un cadrage, une lumière, etc. » Et si l’arrivée du numérique a permis à chacun de se prendre pour un photographe, rien ne remplace un professionnel du métier. « Quand je montre le résultat du portrait aux clients, bien souvent ils n’en reviennent pas.
Même ceux qui ne se trouvent pas photogéniques ont une meilleure image d’eux, et cela aussi c’est important », poursuit-il. Une façon de montrer que par la photo, on peut faire aussi ressortir l’être et faire oublier le paraître. Bernard Dollet ne cherche pas après les prix lors des expositions, mais est à l’initiative de l’été des portraits, qui se déroule tous les deux ans à Bourbon Lancy, depuis 2004. « Une façon de valoriser de façon originale le travail des portraitistes », précise-t-il. Une manifestation unique en son genre, où les clichés des photographes sont affichés dans les rues de cette petite cité thermale. À l’époque, il était responsable de la commission portrait au sein du Groupement national de la photographie professionnelle. Le hasard a voulu que Bernard Dollet remporte le premier prix de la première biennale. Depuis, la manifestation a grandi et elle s’est ouverte à plusieurs artistes européens et même québecquois. Du 15 juillet au 23 septembre, trois de ses portraits seront à la vue de tous les visiteurs de Bourbon Lancy, parmi les 1 500 photos exposées. Trois clichés en noir et blanc, « l’essence même de la photo ».
Marqué par Doisneau bien sûr, Bernard Dollet aime à se définir comme un photographe, qui permet à tous de conserver un patrimoine familial par le biais de clichés. Un peu comme lorsqu’il regardait un pêle-mêle de photos chez ses grands-parents, où se côtoyaient clichés d’amateurs et de professionnels. Devinez lesquels l’obnibulaient déjà ?

Marc VASSEUR l’avenir de l’Artois